Et nos féminines ?

mardi 20 décembre 2016, par JMB


Certains verront dans les propos qui suivent une forme d’acharnement.


Les plus passionnés y verront davantage un nouveau cri d’alarme ou de détresse, pour le trial qui, une fois encore, est bien le parent pauvre de la FFM.


Revenons sur l’interview du Président Jacques BOLLE en ce début de mois dans le magazine L’Officiel du Cycle, dans lequel il parle du trial, confirme que celui-ci est malade, affirme que des choses ont été faites ("On a essayé de faciliter son accès à une époque mais cela n’a pas porté ses fruits") mais reste globalement dans un constat d’échec et de sur-place.


Hier la FFM a publié une newsletter (en ligne sous ce texte) intitulée "News FFM calendrier 100 % féminin" et, comme vous pourrez le constater, quid du trial ?


En effet, une fois encore, notre sport est totalement ignoré, délaissé, abandonné, pire dédaigné.


Comment peut-on espérer le redressement du trial sans rien faire, en l’ignorant quasi systématiquement de toute communication, de toute action ?


Ceci est valable pour nos féminines qui pourtant donnent beaucoup d’elles-mêmes à leur passion, mais aussi pour les garçons, même s’ils sont un poil plus considérés.


Le trial n’a pas d’entraîneur national, pas de stratégie à long terme, pas d’actions fortes de la FFM pour l’aider à remonter la pente.


Il est facile pour le Président BOLLE de se cacher derrière des mots en disant "Si vous écoutez cinq spécialistes du trial, ils vont vous donner cinq explications différentes et ne sont jamais d’accord entre eux pour trouver des solutions pérennes".


Trop facile ! Là le Président de la FFM parle comme Ponce Pilate ... il s’en lave les mains ...


Pourtant on ne peut pas dire que les trialistes soient restés inactifs, à pleurer sur leur sort.


Des clubs s’investissent chaque année, de nombreuses idées, initiatives sont nées mais jamais la FFM ne s’est réellement impliquée aux côtés de ceux qui les ont lancées (trials urbains, Agir pour le Trial ... pour ne citer que ces exemples) et c’est sur que ce n’est pas en le marginalisant encore plus, comme ceci est fait au travers de cette newsletter, que les choses vont avancer.


Bref, une fois encore nous réclamons l’organisation des Assises du trial Français ... mais je crains bien qu’une fois de plus cet appel reste sans écho et donc que le Président BOLLE pourra continuer à s’inquiéter pour le trial encore et encore ... sans rien faire !