Trial : le point de vue de Jacques Bolle ...

jeudi 8 décembre 2016, par JMB


Largement réélu à la tête de la FFM, le Président Jacques BOLLE a accordé une interview à l’Officiel du cycle et il parle du trial.


Si son discours est tout à fait conforme à la réalité, un certain nombre d’interrogations et de réflexions naissent de celui-ci.



1. Jacques BOLLE fait le constat que "le trial ne se développe plus depuis longtemps".


Si personne ne met en cause cette affirmation, bien trop tristement le pure reflet de la réalité, on se demande bien pourquoi il a à nouveau fait confiance à l’actuel Président de la commission trial, dans le sérail FFM depuis des décennies, présent dans la dite commission depuis aussi longtemps, globalement rejeté en fin de saison dernière par le peuple trial, pour se succéder à lui-même ? 


Alors, certes, de nouvelles têtes ont intégré la dite commission, mais le chef reste le même et ce dont à besoin notre sport ce n’est pas une petite arrivée de nouvelles personnes, c’est un véritable électrochoc et la mise en place d’idées modernes, novatrices et ambitieuses, menées par un chef ayant ces qualités là.


2. Le Président BOLLE indique dans cette interview que le diagnostic émis par des "spécialistes" de notre sport varierait en fonction des individus et que "ils ne sont jamais d’accord entre eux pour trouver des solutions pérennes".


Ceci n’est pas propre au trial. Pour preuve les différents diagnostics émis sur l’état de la France dans les propos de tous les candidats à l’élection Présidentielle de Mai 2017 ! Et dieu sait s’ils sont ... variés ! 


Là où Jacques BOLLE n’est pas trop cohérent c’est que plusieurs personnes (et notre site également) ont appelé à fédérer les idées de tous en organisant des assises du trial Français, justement pour synthétiser les analyses et promouvoir les remèdes, et, à cet instant, rien de ce côté là ne pointe à la FFM.


Pourtant notre sport en aurait bien besoin.


3. Jacques BOLLE parle des tentatives de la FFM dans le passé pour endiguer le désaffection du trial.


Certes, des choses ont été faites, mais jamais dans la durée. De plus, si, par exemple, la licence est probablement un levier sur lequel la FFM peut jouer pour faire avancer le trial, ce n’est pas suffisant.


Par ailleurs il faut lui rappeler que depuis le départ de Christophe BRUAND du poste d’Entraîneur National, celui-ci n’a pas été remplacé, malgré la qualité de nombreuses personnes pouvant prétendre à ce poste : n’est-ce pas là une incohérence de plus ?


4. Le Président de la FFM voit en l’électrique un tremplin formidable pour le trial qui est "LA" discipline moto la plus apte à valoriser cette énergie motrice, et là il a totalement raison, même si cela sera long pour convaincre les pratiquants de haut niveau.


En conclusion, le trial attend davantage du Président BOLLE que des analyses.


On attend des actes, des actions fortes, modernes et innovantes ... bref, tout ce dont le trial n’a pas bénéficié depuis de très nombreuses années.


Vive le trial ...