Cadre alu ou cadre acier ... le choix technologique ...

jeudi 4 février 2021, par JMB

Dans l’offre trial actuelle deux matériaux sont utilisés pour la fabrication des cadres de nos motos.

D’un côté le cadre réalisé en aluminium.

De l’autre le cadre en acier.

L’un et l’autre peuvent différer entre eux dans la même catégorie par les types d’aciers ou d’aluminiums choisis par les constructeurs.

Ainsi, par exemple, l’aluminium utilisé pour la fabrication des canettes de boissons n’est pas le même que celui utilisé pour construire des ailes d’avions et probablement pas le même que celui des cadres de motos de trial.

Idem pour l’acier, il y en a pour tous les usages possibles, du clou, en passant par le rail de chemin de fer et le cadre de nos motos.

Le cadre aluminium, on le retrouve bien entendu sur les MONTESA, les BETA mais aussi sur la JOTAGAS.

Pour les industriels qui produisent ces motos, le cadre en aluminium c’est un choix technique et stratégique important. 

Choix stratégique car l’investissement est très élevé pour réaliser les outillages nécessaires à "couler" l’aluminium : on utilise des moules dans lesquels les pièces sont en creux permettant à l’aluminium chaud d’épouser la forme creuse afin de donner au final la forme en relief de la pièce.

Ainsi pour un cadre complet il faut tabler probablement sur plusieurs centaines des milliers d’Euros.

Ensuite il y a la reprise des pièces pour les ébavurer, les polir et les souder entre elles. Certes il existe aujourd’hui des robots qui réalisent ces soudures de façon impeccable et rapide mais cela représente également un coût d’investissement important.

Choix technique, car le cadre en aluminium apporte en général pas mal de rigidité à la moto, ce qui influe sur son comportement et donc il faut travailler le reste de la partie cycle (amortisseur, fourche, biellettes, bras oscillant) en fonction du caractère que l’on souhaite donner à la moto.

Au final l’investissement est lourd et, ce qui est très important, si on veut réaliser des modifications sur le cadre, comme par exemple changer l’angle de chasse, cela génère un nouveau coût important, même si en amont on a prévu dans les moules des parties escamotables afin de les modifier sans avoir à changer tout l’outillage.

Il sera intéressant de voir quels seront les choix de BETA & MONTESA dans les mois à venir, lorsqu’ils nous présenteront les nouvelles moutures de leurs motos de trial de demain. Il se chuchote que chez BETA le choix du cadre en acier soit déjà pris.

Le cadre en acier, au-delà du choix du type d’acier à utiliser, est beaucoup plus souple d’un point de vue industriel et nécessite des investissements bien plus abordables.

Face aux centaines de milliers d’Euros des outillages nécessaires pour réaliser un cadre en aluminium, on opposera quelques milliers d’Euros pour son alter-ego en acier : des gabarits et des cintreuses.

Le cadre acier de nos trials est divisé en deux techniques : la soudure totale, pour GAS GAS, TRRS, SHERCO, SCORPA et ELECTRIC MOTION, et la cadre en treillis pour VERTIGO, solution très esthétique, plus rigide et plus onéreuse.

Le grand avantage du cadre acier, outre l’investissement moindre, c’est la souplesse qu’il apporte au constructeur quant à ses ajustements et évolutions.

En effet, il est bien moins cher et bien plus rapide de changer l’angle de chasse en ajustant les tubes et réalisant une soudure adéquate, par rapport au cadre en aluminium dont il faudra tout d’abord adapter l’outillage avec un coût non négligeable.

Techniquement le cadre en acier est moins rigide que le cadre en aluminium et généralement donne aux motos construites sur cette base, davantage de fun.

Cadre alu ou cadre acier, tous les deux font l’objet de recherches poussées afin de donner à la moto le comportement souhaité par le fabriquant, de la CAO 3D, des prototypages, et probablement, grâce aux imprimantes 3D de nouvelles générations, de prototypage également pour un cadre en aluminium.

Au final tout est question de choix pour le fabricant, des moyens qu’il souhaite mettre en oeuvre (investissement) et enfin de la philosophie souhaitée de la moto.

L’offre trial au travers des ses différentes marques répond bien aux aspirations de tout un chacun, qui trouvera sans nul doute la moto qui lui convient le mieux, il manque juste davantage de pratiquants afin de développer notre sport et nos constructeurs, mais là est un autre débat.