Faudra-t-il être plus vert que vert ?

lundi 8 mars 2021, par JMB

Cette question, "Faudra-t-il être plus vert que vert ?" dans les mois et années, à venir, il est quasi certain que nos constructeurs de motos de trial, vont devoir se la poser, s’ils ne l’ont pas déjà fait.

En effet, à ce jour, à part les motos pour enfants (OSET, TRRS) et ELECTRIC MOTION, le reste de l’offre des motos de trial est basée sur des moteurs thermiques, en 2 et 4 temps.

Certes, GAS GAS et YAMAHA ont travaillé le sujet avec leurs motos électriques qui ont participé avec brio aux mondiaux de E-Trial, mais cela n’a pas vraiment dépassé, à ce jour, le stade du prototype très avancé : pas de production en série ni de réelle offre grand public.

Il y a quelques semaines, plus d’un an après que mon club, le MC LIVRADOIS, ait organisé la finale du championnat du monde d’enduro à Ambert (si tout va bien, en 2022, organisation d’une une manche du championnat du monde de trial 👍), une association écologique vilipendait le club, qui a pourtant fait des gros efforts pour effacer l’empreinte carbone de cette manifestation, en plantant des centaines d’arbres qui, à terme, produiront du bon oxygène dans nos montagnes auvergnates.

Ces écolos accusaient le club de "green washing" et de tous les maux de la terre.

Dans une région où la moto verte fait partie du cadre de vie, où une majorité d’élus soutiennent les actions et organisations du MC Livradois, ainsi qu’une grande partie des populations, on constate la montée en puissance de nos contradicteurs, et comme ceux-ci sont davantage dans l’air du temps que nous le sommes, eh bien leur écoute est de plus en plus importante.

Partant du principe qu’il vaut mieux prévenir que guérir, il nous semble qu’aujourd’hui à l’image d’ELECTRIC MOTION, qui est dans le vrai en proposant une moto de trial, dont la seule véritable limite est une organisation un peu compliquée lorsqu’on veut participer à une classique de trial, il faut absolument que nos constructeurs avancent sur ces trials de demain.

Ils pourraient suivent l’exemple déjà cité dans une news, de ce que font HONDA, YAMAHA, SUZUKI et KAWASAKI, qui ont mis leurs moyens en communs afin de créer un standard de batteries aux futurs modèles électriques de ces géants mondiaux du 2-roues.

Peut-être même qu’à terme nos trials électriques pourront être encore plus vertes que vertes, avec l’adoption de pneus, comme ceux développés par la marque Allemande CONTINENTAL, fabriqués à partir d’une gomme spéciale, le TARAXAGUM, issue du ... pissenlit !

Il donc est clair que si notre sport, notre passion, notre loisir veut survivre, et même s’il ne représente qu’une partie plus qu’infime de la pollution mondiale, il doit évoluer vers ce que tend l’humanité, car sa marche est inexorable ...