Quelle mouche a piqué la RFME ?

mardi 20 avril 2021, par JMB

Régulièrement, comme c’est le cas cette année, les fédérations en charge du trial, doivent être piquées par d’étranges mouches, qui leurs donnent de drôles d’idées.

Ce fut le cas avec la FIM, qui, il y a quelques années, a fait régresser le trial, d’un point de vue technique, en imposant le NON STOP, vision préhistorique de notre sport si on ramène la chose à la date de sa création.

La FFM (et d’autres fédérations nationales) avaient aussitôt emboîté le pas et il a fallu un combat de haute lutte pour ramener la FFM à ce qu’aiment les trialistes qui font le championnat de France : le trial MO DER NE ...

Récemment la fédération Italienne, FMI, pourtant plutôt dynamique, a décidé de tester des zones sans suiveurs pour certaines petites catégories, sous prétexte que les difficultés qu’ils ont à franchir ne représentent pas de danger ... alors qu’en moto le danger est partout, car ce n’est pas l’obstacle qui le génère forcément mais le pilote ... Bref une idée qu’on espère ne pas voir arriver en France.

La dernière en date c’est la RFME, la fédération Espagnole, qui a introduit une idée de vitesse en zones, qui a été de nature a, et le mot est juste pour le coup, totalement dénaturer les classements sur une base purement "trial" des pilotes dans les zones lors de l’ouverture de la saison 2021.

Pourtant des franchissements avec une notion de vitesse, cela existe déjà sur certaines spéciales d’enduro, et surtout dans les enduros extrêmes !

Alors pourquoi appliquer cela au trial ?

Quelle mouche a piqué la RFME ?

Pourquoi certaines fédérations (FIM - RFME) veulent-elles ôter au trial ce qui fait son ADN, son originalité et applique des règles qui vont à l’encontre de l’avancement technique et des beaux gestes des pilotes ?

En effet on imagine bien ce qui a pu se passer en Espagne dimanche où certains pilotes pour, gagner du temps, ont probablement bâclé certaines parties de zones, voir totalement ! La photo ci-dessous d’Adam RAGA tenterait à le prouver ...

On peut penser que le but premier n’était pas forcément mauvais, à savoir apporter du piquant à leur championnat, ou peut-être ont-ils tenté de mettre davantage d’égalité entre les pilotes ... Bof, pas une belle réussite semble-t-il.

On le voit bien en mondial où, du coup, il y a deux types de jugements dans les zones : celui des tops, où sous prétexte qu’ils font monter et descendre leurs motos sur les suspensions et donnent l’illusion du mouvement, ils ne sont pas sanctionnés d’un arrêt alors que des vidéos montrent très visiblement qu’ils sont arrêtés ... et les autres pilotes, à qui la moindre fraction d’arrêt est aussitôt sanctionnée d’un 5.

À leur crédit, trouver une solution qui permette à chacun d’avoir davantage de chance de monter sur le podium, n’est pas forcément simple, cependant certains sports ont trouvé la solution en appliquant aux meilleurs un handicap : exemples, du poids supplémentaire en course hippique, ouverture des spéciales en championnat du monde des rallye etc.

Et donc, plutôt que de vouloir dénaturer le trial comme le fait la RFME ou revenir à la préhistoire, comme le fait la FIM, il y a probablement mieux à faire : l’idée de faire passer dans les zones les meilleurs en premier, tout au moins au premier tour, comme l’ouverture des spéciales en rallye par le leader du championnat, est peut-être une idée à creuser car cela ne dénaturera pas notre beau sport ... et donnera probablement un peu plus de chances aux autres pilotes !

Vive le trial ... Vive le trial : libre ...